Wilmart

LA FLEUR
de Ph. Wilmart

Sortant d'une longue torpeur,
Par l'air frais du printemps,
L'abeille, émue par la douceur,
Se dirige vers l'avant.

Accueillant de ses ailes,
La céleste lumière,
Elle s'envole vers le ciel,
Par la brise légère.

A travers la brume du matin
Elle découvre dans le lointain,
Une douce lueur,

Lui offrant son cœur,
Eclairé par un soleil d'or,
Afin de prendre le divin trésor.


***********************************


L'AUTOMNE
de Ph. Wilmart

Au soir de l'année,
Alors que le soleil s'éteint,
Vers une nuit sans fin,

La vie se retire,
Comme un voile,
Attiré vers les étoiles.

Les arbres couleurs vermeilles,
Se découvrent lentement,
Au rythme du vent.

Pendant que les abeilles,
Fatiguées par le labeur,
Se resserrent entre soeurs.


Ph. Wilmart.