Programme Sanitaire d'Elevage - PSE apicole

Les propos ci dessous sont extraits du PSE déposés par notre Groupement (GDSA 08) auprès de la DDCSPP des Ardennes.
 Ils sont ici portés à la connaissance des adhérents de notre Groupement
N. B. : Ces prescriptions sont propres à notre Groupement

Le Programme Sanitaire d’Elevage :
Le Programme Sanitaire d’Elevage (PSE) peut être défini comme « l’ensemble des interventions qui doivent être réalisées systématiquement dans un but prophylactique sur l’ensemble des ruchers selon un calendrier préétabli en fonction des dominantes pathologiques particulières aux colonies d’abeilles et compte tenu autant des conditions géographiques propres à la région que des facteurs climatiques et saisonniers »

En apiculture les dominantes pathologiques particulières sont dans notre région au nombre de cinq :
La varroose,
La loque américaine,
La loque européenne,
 La nosémose,
L’acariose.

Parmi celles-ci seule la varroase peut faire l’objet d’interventions systématiques dans un but prophylactique.


1- Présentation du projet du GDSA 08 :

Le Programme Sanitaire d’Elevage (PSE) que le GDSA 08 met en place, a pour objet la lutte contre la varroose, maladie des abeilles domestiques due à un acarien Varroa destructor. Le varroa se nourrit de l’hémolymphe des larves et des abeilles, provoquant des lésions qui affaiblissent l’abeille et qui sont autant de portes d’entrée pour différentes infections bactériennes et virales de l’abeille. Le parasite provoque l’effondrement inéluctable de la colonie. Cet acarien se reproduit et se multiplie dans le couvain operculé.

La lutte organisée et systématique contre ce parasite doit se généraliser afin de limiter les risques de recontamination et de maintenir la prévalence du parasite à un niveau le plus faible possible compatible avec la survie des colonies. Par ailleurs, il a été constaté que les médicaments vétérinaires n’étaient pas toujours utilisés dans de bonnes conditions tant en ce qui concerne le choix des molécules, que les posologies et les voies d’administration. Aussi est il urgent de proposer aux apiculteurs adhérents une méthode de traitement prophylactique adaptée, fiable et parfaitement contrôlée.

Le PSE détermine les actions prophylactiques à mettre en œuvre pour prévenir les conséquences de l’infestation par le varroa.
 
Les actions à mener visent également à inciter les apiculteurs :
·        à mettre en œuvre des pratiques limitant au maximum l’usage des produits chimiques tout en conservant la maîtrise de cette pathologie. Ceci en vue de conserver au miel sa réputation de produit de qualité et fournir au consommateur un produit sain et exempt de résidus de toute sorte.
·        A utiliser uniquement des produits ayant une AMM (Autorisation de Mise sur le Marché)

Le suivi et l’exécution du PSE, et la gestion des médicaments vétérinaires indispensables à sa mise en place, sont assurés par le vétérinaire du groupement.

Les médicaments utilisables sont listés au § 3.

Le présent PSE prévoit, autant que faire se peut, la visite de tous les apiculteurs adhérents au PSE sur une période de 5 ans.  


2- Adhésion au PSE du GDSA 08 :

L’adhésion au GDSA 08 est un préalable requis pour qu’un apiculteur puisse adhérer au PSE.

Elle est matérialisée par :
·  le retour du bon de commande individuel de produits pharmaceutique signé par l’apiculteur adhérent du GDSA vaut adhésion au PSE et engagement à le respecter.
·  une cotisation dont le montant est déterminé annuellement au sein du conseil d’administration. 


3-  Les médicaments disponibles:

PRECISIONS IMPORTANTES concernant l’utilisation des médicaments :
·         Par précaution, l’utilisation de gants étanches est recommandée lors des interventions.
·         Certains médicaments seront privilégiés dans le cadre du PSE pour lutter contre la varroose, car ils sont réputés actifs, ce sont ceux à base d’amitraze (APIVAR) ou de thymol (THYMOVAR, ApilifeVar, Apiguard).
·         Attention APISTAN présente un risque de résistance. C’est pourquoi jusqu’à l’obtention de nouvelles données, son utilisation régulière pour lutter contre varroa n'est pas souhaitable, sauf pour permettre et faciliter une alternance de traitements.
·         En plus de l’efficacité des médicaments, un renouvellement fréquent des cires, ainsi que l’utilisation de plateaux à fonds grillagés anti-varroas est largement recommandée pour garder des ruches plus saines.


·        APIVAR ND : produit et commercialisé par les laboratoires VETO PHARMA, ce médicament est composé d’une lanière imprégnée de 500 mg d’Amitraze ; il dispose d’une autorisation de mise sur le marché et doit être délivré sur ordonnance (article 5143-5 du code de la Santé Publique).
Modalités d’utilisation : 
Insérer 2 lanières au niveau du nid à couvain en laissant un espacement d’au moins un cadre entre les lanières. Il est recommandé de recentrer les lanières dans le nid à couvain un mois après la mise en place. Laisser les lanières en place pendant 10 semaines. Le traitement est à réaliser le plus vite possible après la récolte de miel en fin d’été ou en automne.

·        APISTAN :
Lanière en polymère plastic contenant 0.8 g de tau-fluvalinate, commercialisée par le laboratoire VITA SWARM.
Modalités d’utilisation : 
Insérer 2 lanières au niveau du nid à couvain en laissant un espacement d’au moins un cadre entre les lanières. Laisser les lanières en place pendant 8 semaines. Le traitement est à réaliser le plus vite possible après la récolte de miel en fin d’été ou en automne. Non  soumis à ordonnance.

· APIGUARD ND :
produit et commercialisé par le laboratoire VITA SWARM, ce médicament dispose d’une AMM et est constitué d’une barquette de gel à base de thymol à disposer sur les cadres de la ruche en prenant soin de ménager un espace d’accès pour les abeilles. Le traitement qui ne peut être mis en place qu’en présence d’une température extérieure comprise entre 15°C et 30°C, comprend la pose d'une barquette à renouveler 15 jours plus tard. Non  soumis à ordonnance.

· THYMOVAR :
Produit et commercialisé par la société VETO PHARMA, ce médicament dispose d’une AMM et se présente sous la forme d’une éponge cellulosique imprégnée de 15 g de Thymol à déposer après fractionnement sur le dessus des cadres en périphérie du couvain et en présence d’une température extérieure comprise entre 15 et 25°C. Deux applications sont nécessaires à 3-4 semaines d’intervalle. Non soumis à ordonnance.

· APILIFE VAR :
Produit par le laboratoire CHEMICALS LAIF et distribué en France par CENTRAL PHARMA LOGISTIC, il se présente sous la forme d’une plaquette imprégnée de Thymol, Menthol, Camphre et Eucalyptus à déposer sur les cadres en périphérie du couvain après fractionnement en 3 ou 4 morceaux. Réaliser 3 à 4 traitements à une semaine d’intervalle. Non soumis à ordonnance.


4- Calendrier des opérations prophylactiques :

L’objectif du PSE est de maintenir le développement de Varroa destructor au niveau le plus faible possible compatible avec la survie des colonies tout en respectant la réglementation liée à la pharmacie vétérinaire.
Les interventions prophylactiques devront donc être réalisées impérativement après la récolte de miel et le plus tôt possible après cette récolte, afin de permettre l’éclosion d’abeilles dites d’hiver saines et exemptes des piqûres traumatisantes et spoliatrices du parasite. En pratique sur notre département, les interventions prophylactiques seront mises en œuvre du début août au 15 septembre.
Un second traitement tôt au printemps avant la pose des hausses sur les ruches peut s’avérer nécessaire.
Les contrôles-dépistages de varroas permettent de mieux cerner la pression parasitaire et d’adapter un éventuel traitement si nécessaire.


4.1 Cas général :

Apivar ou Apistan ou Apiguard ou Thymovar ou Apilife Var : selon les indications du paragraphe 3.

4.2  Cas des ruchers sous appellation « Agriculture Biologique » :

Afin de prendre en compte la spécificité de cette production, l’utilisation de l’Apiguard, Thymovar et Apilife Var, qui disposent d’une Autorisation de Mise sur le Marché, est envisageable.
Pour prendre en compte une efficacité de l’ordre de 80 à 85%, ces traitements doivent en général être complétés par un traitement à base d’acide oxalique sous la forme de dihydrate et à raison de 5 ml épandus dans chaque intercadre occupé par les abeilles d’une  solution de 40 grammes de matière active pour 1 litre de sirop de sucre à 50%. Pour être pleinement efficace, ce traitement doit être effectué en l’absence de couvain.



5- Suivi du PSE :

·        Le suivi du PSE se fera au travers  l’état d’avancement des visites sanitaires réalisées par le vétérinaire conseil et les ASA,
·        Les visites donnent lieu à rédaction d’un compte rendu de visites dont un exemplaire sera laissé à l’apiculteur en vue d’un classement dans le registre d’élevage. Un autre exemplaire soit sous forme papier soit sous forme informatique sera transmis au vétérinaire du groupement en vue de son contrôle et de son classement.
·        Un compte rendu récapitulatif des visites et des problèmes éventuellement rencontrés sera rédigé chaque année.

 ....


6- Recyclage des médicaments utilisés ou périmés :



Les produits pharma usagés seront collectés par le GDSA 08. Ils seront confiés par voie de convention au centre hospitalier de Charleville Mézières avec qui une convention à été signée pour l’élimination des déchets d’activité de soins à risques infectieux. Ils pourront également être repris par le vétérinaire conseil en charge du PSE pour un recyclage ou destruction dans un cadre réglementaire.